Escrime en fauteuil roulant

Présentée en démonstration aux Jeux de Stoke Mandeville (ancêtre des Jeux Paralympiques) en 1954 par un blessé médullaire, Rockwood Cardiff, et son instructeur, l’escrime en fauteuil roulant figurait déjà au programme des premiers Jeux Paralympiques à Rome en 1960.

Les escrimeurs peuvent s’affronter dans des épreuves à l’épée, au fleuret ou au sabre.

Les règles générales de l'escrime handisport ne diffèrent en rien de celles de l'escrime debout, hormis quelques aménagements nécessaires, par exemple, les jambes, le tronc sous la taille et le fauteuil roulant ne sont pas des cibles valables en escrime en fauteuil roulant.

Autre différence, pour que les tireurs puissent s'investir à fond et en toute sécurité dans l’assaut, les fauteuils roulants sont solidement fixés au sol par un dispositif spécifique : l'handifix. Cet appareil permet de recevoir tous les types de fauteuil et de régler la distance entre les tireurs.

Classification

Tous les sportifs présentant une déficience motrice peuvent pratiquer l’escrime.

Lors des épreuves officielles, ils sont répartis en 3 catégories :

  • A : avec équilibre du tronc
  • B : sans équilibre du tronc
  • C : tétraplégique.

 

En ce qui concerne le matériel, les athlètes en fauteuil utilisent un équipement d'escrime standard, plus des protections supplémentaires pour les jambes. Ceux qui manquent de prise sur leur arme peuvent la fixer avec une bande ou un dispositif similaire.

Fédération internationale

Au niveau international, l'escrime en fauteuil roulant est régi par l'International Wheelchair and Amputee Sports Federation (IWAS)

Ligues

Vous désirez en savoir plus sur la pratique de l’escrime en fauteuil roulant en Belgique, rendez-vous sur les sites des deux Ligues membres du BPC :